inser visite

 

 

Dans la rue Droite A-B, plusieurs linteaux du XVIIe siècle portent des devises de familles nobles par exemple "Spes mea Deus" (Millon de Veraillon) au n°21, ou bien "Justus Judex" (Honoré de Giudici) au n°14.

Continuer dans la rue Droite vers l'église du Jésus  B , commencée par les Jésuites en 1642, ouverte en 1650, achevée vers 1680, embellie au XVIIIe siècle. La façade, édifiée en 1825-27, a reçu une polychromie en 1987. L'intérieur, divisé par une riche corniche, est couvert de voûtes ornées de gypseries peuplées d'une multitude d'anges et de puttis.Le plan, à travées rythmiques, est caractéristique des églises jésuites. Ensemble de toiles XVIIe siècle : "Saints Crépin et Crépinien", "Communion de Saint Honoré", ancien autel de la corporation des boulangers ; dans le chœur à droite : Sainte Elisabeth de Hongrie et deux ensachées niçoises, toile de l'ancienne confrérie des Pénitentes grises ; dans la 1e chapelle latérale de droite : Sainte Marguerite Marie Alacoque priant le Sacré-Cœur, toile signée d'Emmanuel Costa (Menton 1833-Nice 1921) célèbre pour ses aquarelles de la Riviera dont le Palais Masséna présente une intéressante sélection. Chaire à bras porteur d'une croix de prédication amovible, statue polychrome de la Madone des Sept Douleurs.

eglise-du-jesu-nice-01eglise-du-jesu-nice-02eglise-du-jesu-nice-03eglise-du-jesu-nice-04eglise-du-jesu-nice-05eglise-du-jesu-nice-06eglise-du-jesu-nice-07

 

Par les rues du Jésus et Centrale, déboucher sur la place Rossetti  C  (1825-1830) où se dresse la cathédrale Sainte Réparate. Une chapelle Sainte-Réparate, mentionnée en 1060, relevant des Bénédictins de Saint-Pons s'élevait entre la colline et le Paillon. Agrandie, elle est cédée aux évêques de Nice au XVIe siècle quand ceux-ci s'établissent dans la ville basse. Entre 1650 et 1680, sur les plans du Niçois Jean-André Guibert (paroissiale de l'Escarène, cathédrale de Sospel, nombreux chantiers militaires et publics), ils font construire à son emplacement un édifice monumental. Façade construite en 1825-30, ornée d'une polychromie en 1980 (restauration d'ensemble 1976-85). Intérieur à trois nefs et chœur monumental ; croisée surmontée d'une coupole sur tambour à tuiles polychromes ; chapelles au somptueux décor baroque ; maître autel et balustrades en marbres polychromes frappés des armes de Mgr Provana de Leyni qui fit achever la cathédrale. Autel-retable et toile du Saint-Sacrement (fin XVIe s. ; croisillon droit). Partant de l'entrée dans le bas-côté gauche : Martyre de Sainte Réparate avec vue de Nice, par Hercule Trachel (1839, 4e chapelle) ; devant d'autel en commesso de pierres dures aux armes des Turati (fin XVIIe), Mort de Saint-Joseph, toile par J.-B. Biscarra, fin XIXe (5e chapelle). Bas-côté droit : Apparition de la Vierge à St Antoine de Padoue, par J.B Passadesco (XVIIe s.), 2e chapelle, autel de Sainte-Rose-de-Lima, culte introduit par les Detta-Doria à la fin du XVIIe s. (3e chapelle). Le clocher, rajouté entre 1730 et 1750, domine la place aux Herbes, créée en 1587-88.

ste-reparateplan-ste-reparateste-reparate-martyreevangelisteinterieur-sainte-reparatearmes-provana-2st-alex-vouteste-rose-de-limamoisepassadescost-joseph

 

buste-rancherPar les rues Sainte-Réparate et Place-Vieille  D , atteindre la place Vieille  E  où se tenait jadis le marché aux champignons ; s'y dressent des palais élégamment rénovés comme celui des Caïs de Gilette face auquel est placé le buste de Joseph-Rosalinde Rancher (1785-1843), rénovateur de la langue nissarde, littérateur qui composa La Nemaïda, long poème épique.

 

Utilisez ce formulaire pour contacter la rédaction de Nice RendezVous, pour nous adresser vos communiqués et prière d'insérer. Vous pouvez joindre jusqu'à 5 photographies et documents au format PDF (taille maximum : 1 Mo) en cliquant sur le bouton Ajouter les fichiers.

 

1000 caractères restants
Ajouter les fichiers