inset villages

 

Duranus : les ruines de Roccasparviera Les anciens habitants étaient groupés sur les Granges de Riméout et Boïera, sur la crête au-dessus du village actuel. Aux grandes invasions des nordistes : Alamans, Wisigoths, Lombards, succèdent les sudistes Sarrasins venus d’Afrique du Nord. Tous les habitants se regroupent sur des points hauts faciles à défendre. De ce temps datent tous nos villages perchés. Les habitants du site construisent Rocasparvièra d’où ils peuvent surveiller les vallées du Paillon et de la Vésubie. Duranus est alors inhabitée. Les champs sont cultivés par les habitants de Rocasparvièra (1 h 30 de marche).
Six siècles plus tard, une série de tremblements de terre en 1564, en 1612 et surtout celui de 1618, ont lézardé les maisons, détérioré la canalisation d’eau potable qui amenait l’eau depuis la source du Lautaret. La décision d’abandonner le village où la vie est devenue impossible est prise.
Certains optèrent pour leurs campagnes de Duranus, à trois milles pas en aval, à mi-côte sur la vallée de la Vésubie. D’autres pour L’Engarvin dans la vallée du Paillon. Le déménagement commence à partir de 1625. La chapelle de Duranus, placée sous le vocable de l’Assomption, fut inaugurée le 24 juin 1639. Le prieur de Rocasparvièra devait y biner42 tous les dimanches. Le 3 octobre 1687, l’évêque Provana vint à chaise à porteur y donner la confirmation. Arrive enfin l’accord du Pape pour le déplacement de la paroisse. Aussi le 10 août 1723, la population valide et les bêtes de somme sont massées autour de l’église de Rocasparvièra. On décroche les deux cloches, et on emporte son mobilier dans l’église de Duranus. Tous les ans à la fête de l’Archange le 29 septembre, les Duranussié retournent sur la terre de leurs ancêtres.

Imprimer


Code postal
Insee
Canton
Latitude
Longitude
Altitude Superficie Nice à
06670
06055
Levens
43.9 °
7.27 °
500 m
1 610 ha
30 km


Démographie (1701-1999)
Le Saut des Français
1701 - Population de Duranus
N.B.:
Le site primitif du village (Roccasparviera) a été abandonné au XIXe siècle
L'un des rares lieux de mémoire de la résistance à l'occupation puis à l'annexion fdu Comté de Nice par la France en 1793 se trouve à la sortie nord de Duranus, sur la route de Saint-Jean-la-Rivière. Le Saut des Français, impressionnant à-pic de plusieurs centanes de mètres au dessus des gorges de la Vésubie, est, selon la tradition, le lieu d'exécution des soldats français pendant la Révolution, alors que les Barbets luttaient contre l'occupation étrangère. Pendant très longtemps, la résistance niçoise à l'annexion de 1793 a été volontairement passée sous silence par l'histoire officielle. Le site du Saut des Français est aujourd'hui aménagé.
1754 220
1800 285
1828 242
1861 252
1901 189
1936 111
1962 105
1999 156
Le blason
Renseignements
A visiter...

Blason de Duranus

Tranché d’azur et de gueules, le premier chargé d’une tour d’argent, le second d’une coquille d’or ; à la bande d’argent, brochant sur le tout

Intercommunalité :
Communauté d’Agglomérations Nice-Côte d’Azur

Mairie :
5 route de la Mairie
06670 DURANUS
Tél : 04 93 03 15 63

Office de Tourisme :
ATCL - Chalet accueil
06 670 DURANUS
Tél : 04.93.03.10.19
Fax: 04.93.03.14.61
email :
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

La Chapelle St Michel, ancienne église de Rocasparvièra (XVIIIe et XXe siècles). Pèlerinage le 4ème dimanche de septembre.
L'église Notre-Dame de l'Assomption : Reconstruite vers 1723, par les habitants de Rocasparvièra, descendant vers les terres moins hostiles de Duranus, l'Imberguet et l'Engarvin, suite au tremblement de terre de 1618.
Les ruines de la mine d'arsenic à Roccasparviera, exploitée de 1902 à 1931.
L'aqueduc, le lavoir, la fontaine du village surmontée d'une sculpture de Jean-Pierre Augier représentant André Brachetti dit "Jean de Duranus", célèbre personnage du théatre niçois.
La chapelle Sainte-Eurosie datant du XVII ème siècle, au hameau de l'Engarvin.
Le Musée Figas : consacré aux divers aspects de l'œuvre du peintre fantastique futuriste niçois Figas.
Galerie photo
Maires de Duranus

Honoré PASSERON (1793 - 1800)
Louis-Pascal ROUX (1800 - 1800)
J.-Baptiste GIAUFFER (1801 - 1813)
Honoré PASSERON (1813 - 1814)
Antoine GIAUFFER (1814 - 1915)
Barth. DALBERA (1815 - 1817)
Antoine LAURENTI (1818 - 1819)
François ROBAUT (1819 - 1821)
Barthélemy IMBERT (1822 - 1823)
Pierre GIAUFFER (1823 - 1824)
Antoine CARLON (1827 - 1839)
Joseph GASIGLIA (1839 - 1840)
Barth. DALBERA (1840 - 1841)

Pierre GIAUFFER (1842 - 1844)
Antoine CARLON (1845 - 1872)
Antoine IMBERT (1872 - 1877)
François RAINERI (1878 - 1883)
Félix LAURENTI (1884 - 1903)
Adrien BLANCART (1904 - 1935)
Baptistin ROUX (1935 - 1946)
Victor BLANCART (1947 - 1953)
Roger MASSIERA (1954 - 1967)
Armand GROSSO (1967 - 1972)
François DALMAS (1972 - 1911)
Maryse CARLON (1991 - 2001)
Henri ROUX (2001 - ?)

Monument aux Morts
François BLANCART (1914-1918)
François BLANCART (1914-1918)
Séraphin GIORDAN (1914-1918)
David IMBERT (1914-1918)
Philippe IMBERT (1914-1918)
Vitalin IMBERT (1914-1918)
Bibliographie
GARINO Pierre-Robert : DURANUS, AUTREFOIS ROCCASPARVIÉRA. Crounica dei Barbetaire, Les Régionales, Serre Éditeur, Nice, 1993
GARINO Pierre-Robert : LE CANTON DE LEVENS. Guide touristique, Ancre Solaire, Serre Éditeur, Nice, 1997

Sources : textes et photos extraits des ouvrages de P.-R. Garino. © 1993-2005 Serre Éditeur. Reproduction interdite.

 

Utilisez ce formulaire pour contacter la rédaction de Nice RendezVous, pour nous adresser vos communiqués et prière d'insérer. Vous pouvez joindre jusqu'à 5 photographies et documents au format PDF (taille maximum : 1 Mo) en cliquant sur le bouton Ajouter les fichiers.

 

1000 caractères restants
Ajouter les fichiers