inset villages

 

Coaraze Cité en 1030 “Cosarasa”, et 1108 “Castellum Caudaraza”. D’après la légende il s’agirait de “couha rasa”, queue coupée, Coaraze devrait son nom au diable qui aurait eu la queue coupée en se prenant à un piège, mais il s’agit vraisemblablement d’un prototype pré-latin dérivé de la racine kos (éminence).
Daniel Marquesan, consul de Nice, échange les deux tiers du château et de la seigneurie de Coaraze contre la moitié de La Turbie le 14 décembre 1331. Le 19 mai 1337, Marquesan échange d'autres fiefs contre le dernier quart de Coaraze. Il rend hommage au roi Robert le 10 juillet 1338. En 1629, Joseph Marchesan, gentilhomme ordinaire du duc de Savoie Charles 1er est fait baron de Coaraze et Rocasparvièra. Son fils Joseph et meurt sans descendance.
En 1728, Emmanuel Philibert Choattero est baron de Coaraze après son oncle paternel Victor. Par un testament daté du 1er juillet 1735 il désigne comme héritier le comte Joseph Ignace Valperga de Revara, majordome du roi de Sardaigne Charles Emmanuel III.
En 1629, un nouveau conflit éclate entre la France et la Savoie. Les Français envahissent le Comté, de mars à mai 1629. La paix est signée en 1631, mais les Espagnols, venus au secours de la Savoie, occupent la région pendant 12 ans.
De nouveau, en 1744 lors de la guerre de Succession d'Autriche, les troupes franco-espagnoles (les Gallispans) entrent dans le Comté de Nice, les combats, avec des fortunes diverses, vont durer dans la région jusqu'en février 1749, au traité d'Aix la Chapelle.
Coaraze prête par deux fois serment à l’Infant d’Espagne Don Philippe et est administré par la délégation royale des deux couronnes de Madrid et de Versailles régissant le comté de Nice.

Imprimer


Code postal
Insee
Canton
Latitude
Longitude
Altitude Superficie Nice à
06390
06043
Contes
43.87 °
7.3 °
620 m
1 714 ha
25 km


Démographie (1701-1999)
Alexandre MARI
1701 260 Population de Coaraze
Né à Coaraze le 15 juillet 1877, décédé à Nice le 22 janvier 1932, avocat puis bâtonnier de l’ordre, Alexandre Mari fut élu au conseil municipal de Nice en 1908, à la mort de Pierre Gauthier, il devient maire de Nice en 1927. Il entreprend de nombreux travaux d’embellissement de la ville, il inaugure le monument aux morts de Roba Capeu. Mis en minorité au conseil général en octobre 1928, il démissionne de la mairie de Nice et laissa la place à Jean Médecin.
1754 310
1800 539
1828 700
1861 769
1901 619
1936 473
1962 421
1999 659
Le blason
Renseignements
A visiter...

Blason de Coaraze

D'or au lézard d'azur, montant, la queue défaite haute en pointe

Intercommunalité :
Communauté d’Agglomérations Nice-Côte d’Azur

Mairie :
Place du Portal
06390 COARAZE
Tél : 04.93.79.34.80
Fax : 04.93.79.31.73

Office de Tourisme :
Place Sainte Catherine
06390 COARAZE
Tél : 04 93 79 37 47
Fax : 04.93.79.31.73
email :
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Point de vue : Du jardin en terrasses, bordé de cyprès, on a une belle vue sur le fond de la vallée et la cime de Roccassiera.
Le village : Beau village traditionnel, portes ogivales et plein cintre, passages voûtés, rue en calades, traces de l’ancien château féodal.
L’église : Du XVIIe, façade néo-romane, l’intérieur offre une belle décoration baroque rustique, belle vierge en albâtre, toile du XVIIe, au fond, peinture murale primitive : saint Sébastien, percé de flèches.
N.-D. de la Piété, “La chapelle bleue”. Chapelle décorée par Ponce de Léon, en camaïeu bleu en 1962, scènes de la vie du Christ, derrière l’autel, une dalle en verre met en valeur une structure de métal représentant une piéta. De la terrasse, on a une jolie vue sur le village.
Chapelle St Sébastien : au hameau du même nom, avant le village, fresques des XIVe et XVe siècles (clefs à la maison voisine).
Cadrans solaires : Coaraze est le village des cadrans solaires, nombreux cadrans disséminés dans le village, celui réalisé par Cocteau est scellé sur le mur de la mairie.
Excursions : L’Engarvin et Rocasparvièra (voir Duranus-Rocasparvièra).
Galerie photo
Maires de Coaraze

Gérard GALEANO (2001 - 2003)

Michel PEGLION (2003 - ?)

Monument aux Morts
Monument aux Morts de Coaraze
Baptiste ANTOLLIN (1914-1918)
Laurent ANTOLLIN (1914-1918)
Honoré BAILET (1914-1918)
Victor CAMOUS (1914-1918)
Jean CAPPATTI (1914-1918)
Paul CAPPATTI (1914-1918)
Pierre CAPPATTI (1914-1918)
Baptistin ELENA (1914-1918)
Alexandre GILLI (1914-1918)
Pierre GILLI (1914-1918)
François MALAUSSENA (1914-1918)
Baptistin MARI (1914-1918)
César MARI (1914-1918)
Jean-Baptiste MARI (1914-1918)
Joseph MARI (1914-1918)
Joseph MARI (1914-1918)
Laurent MARI (1914-1918)
Paul MARI (1914-1918)
Charles MASSIOTTA (1914-1918)
Louis MAUREL (1914-1918)
Ernest MILLO (1914-1918)
Antoine PEGLION (1914-1918)
Joseph PEGLION (1914-1918)
Michel PEGLION (1914-1918)
Paul PEGLION (1914-1918)
Paul Auguste PEGLION (1914-1918)
Antoine ROBAUT (1914-1918)
Jean-Baptiste ROBAUT (1914-1918)
César Emile ROUBAUT (1914-1918)
Honoré ROUBAUT (1914-1918)
Félix Marius CIORDAN (1939-1945)
Donat Mathieu CONTE (1939-1945)
Anna MARI (1939-1945)
Jean-Baptiste OCCELLI (1939-1945)
Bibliographie
CAPPATTI Louis : COARAZE, VILLAGE MÉDIÉVAL, Mairie de Coaraze, Coaraze, 1955
GARINO Pierre-Robert : LES VALLÉES DU PAILLON, Ancre Solaire, Serre Éditeur, Nice, 1997

Sources : textes et photos extraits des ouvrages de P.-R. Garino. © 1993-2005 Serre Éditeur. Reproduction interdite.

 

Utilisez ce formulaire pour contacter la rédaction de Nice RendezVous, pour nous adresser vos communiqués et prière d'insérer. Vous pouvez joindre jusqu'à 5 photographies et documents au format PDF (taille maximum : 1 Mo) en cliquant sur le bouton Ajouter les fichiers.

 

1000 caractères restants
Ajouter les fichiers