inset carriera

 

Cliquez sur l'initiale de l'identifiant de la rue recherchée
(par exemple M pour Avenue Jean Médecin) :

A | B | C | D | E | F | G | H | I-J-K | L | M | N | O | P | Q-R | S | T | U-V | W-X-Y-Z

06300
• de la place Garibaldi 9 à la rue de Foresta 1
(anciennes rue du Port et rue de l’Arsenal pour partie)
• de la rue Martin Seytour 10 à la rue Catherine Ségurane 6

carriera dòu pouort o Limpia

 

segurane.jpgCatarina Segurana, la « Jeanne Hachette » niçoise, est une « bugadière », une femme du peuple qui se distingua pendant le siège de Nice le 15 août 1543 où les Turcs de Barberousse, alliés de François Ier, assiégèrent la forteresse de Nice, défendue par les troupes du duc de Savoie, Charles III, allié de Charles Quint.
Le sobriquet de « Dona Maufaccia » laisse sous-entendre que sa laideur fut son arme principale ainsi que certain geste resté légendaire, qui renversa littéralement les Turcs. En effet, non seulement elle aurait assommé d’un magistral coup de battoir à linge, la « massola », un enseigne turc et lui aurait pris son étendard mais, relevant ses robes, elle aurait exprimé son mépris aux ennemis en leur montrant… et en y froissant l’étoffe! La suite s’enchaîne: mieux que la charge d’une garnison, ce geste mit en fuite les assaillants et les défenseurs furent électrisés par son courage. Mythe ou réalité historique? La controverse occupe toujours les historiens. Nous pensons que l’existence de cette lavandière courageuse est plausible, l’histoire abonde de ce genre d’épisodes. Quant au geste rapporté presque trois siècles après par le chroniqueur Scalier, il ne mérite qu’un regret, celui de donner argument aux détracteurs de Catarina Segurana; il a toutefois, il faut en convenir, contribué à accrocher le fait historique dans la mémoire collective car, comme disait Carlos d’Aguila: « Il est admis depuis Sparte que tous les moyens sont bons pour sauver la patrie ». En tout état de cause, Catarina Segurana est devenue pour les Niçois symbole de l’héroïsme, de la défense de la liberté, du culte de la femme et entre bien d’autres sobriquets, ils préfèrent celui de « Seguran ». Une stèle commémorative a été apposée contre ce qui reste du bastion Sincaire, en face de l’église Saint-Augustin, où se serait passé le fait rappelé ci-dessus, et le Comité des Traditions niçoises honore chaque année fidèlement le 25 novembre l’héroïne niçoise, avec un grand concours de population. Son regretté président, notre ami Léopold Massièra, y veillait scrupuleusement, nous pensons que son successeur en fait de même.
Au n° 1 de la rue, on peut voir une plaque commémorative à la mémoire du peintre Jean-Marie Gouttin (1925-1987), célèbre pour ses portraits de clowns et ses natures mortes. Il était aussi depuis son jeune âge engagé dans le secourisme et il nous honorait de son amitié.


separator
Mini plan: | Angle : | Afficher noms de rues:
Imprimer

 

Utilisez ce formulaire pour contacter la rédaction de Nice RendezVous, pour nous adresser vos communiqués et prière d'insérer. Vous pouvez joindre jusqu'à 5 photographies et documents au format PDF (taille maximum : 1 Mo) en cliquant sur le bouton Ajouter les fichiers.

 

1000 caractères restants
Ajouter les fichiers