inset identite

 

nice-negresco-facadeJe me promenais sur la Promenade (il est des moments où je sais faire preuve d’un conformisme absolu), quand tout à coup me vint à l’esprit ce constat.

Nice est décidément bien particulière puisque nos palais sont des palaces, et nos immeubles des palais.

Ne croyez pas que ce soit normal : au gré de vos voyages à travers la France, vérifiez. Vous constaterez que nulle part ailleurs, les bâtiments publics sont aussi discrets que les nôtres, tandis que les édifices les plus spectaculaires sont des bâtiments privés, hôtels et villas produits par la villégiature, et que des logements de toute sorte se trouvent dans des immeubles à l’entrée fièrement surmontée d’un cartouche proclamant leur statut de palais.

Passons rapidement sur les origines linguistiques de ces dénominations. Evidemment, le palace vient de l’anglais « palace », qui est un palais. Quant au palais niçois, ne faut-il pas chercher sa racine lointaine dans le « palazzo » italien, qui désigne aussi bien un palais qu’un immeuble ? Une fois encore, l’incroyable richesse de notre paysage linguistique éclate, et je la souligne d’autant plus volontiers qu’elle nous est naturelle, alors qu’un peu de réflexion et de comparaison suffit à dévoiler l’absurdité de ces dénominations. Quelle autre région du monde, quelle autre identité locale peut aussi allègrement parsemer son territoire de références et de mots riches de tant de sens et de tant d’origine, tout en les assimilant sans rien perdre de son âme ? Voilà encore un démenti, s’il en fallait d’autres, aux amateurs d’enfermement, aux contempteurs du régionalisme et aux zélateurs de l’entre-soi.

Donc les bâtiments les plus vastes, les plus spectaculaires, les plus riches, les plus ornés sont chez nous des palaces. Vous me direz fort justement : c’est dans leur nature. Oui, mais ce qui en fait le caractère extraordinaire, à Nice, c’est leur nombre et surtout la comparaison avec les édifices destinés à manifester, par leur architecture, la puissance publique : la mairie actuelle, l’ancien palais communal de la place Saint-François, le palais des rois de Sardaigne, le palais de justice, l’ancien Sénat, la Chambre de Commerce et d’Industrie, même, sont-ils en taille et en visibilité, voire en ornementation, comparables au Negresco, au Régina, au Westminster, au West-End, au Riviera Palace, au Winter Palace, à l’Hermitage, au Parc-Impérial ? Je crains que la réponse ne soit contenue dans la question. Et la conséquence est lourde : comment l’image de notre ville pourrait-elle correspondre à son Histoire si sa puissance ne s’affiche que dans des façades d’hôtels, et du 19e en outre, ce qui nie dans l’espace public son ancienneté millénaire et sa forte tradition politique et administrative ? Le cliché peut alors s’épanouir : Nice, petit village de pêcheurs sans patrimoine, sans force, sans passé, né il y a cent cinquante ans des effets conjugués du tourisme planétaire et millionnaire et du chemin de fer national.

Les immeubles-palais qui parsèment nombre de rues de notre ville, y compris dans les quartiers les plus modestes, révèlent autre chose : la tranquille fatuité de notre bourgeoisie et son sens lucratif de la communication. Car dans une ville où le mot palais, loin de renvoyer à la puissance publique comme le Louvre ou Buckingham, peut aussi se confondre avec un usage plus simple, attesté outre-Alpes, pourquoi ne pas loger ses locataires dans un palais plutôt que dans un édifice sans qualificatif ? La vanité du propriétaire et le prix des loyers croîtront d’autant, non ? Et je ne saurais conclure cette chronique sans rendre un hommage appuyé au sens de l’humour autant qu’à la rapacité de l’architecte et du propriétaire de ce bel immeuble Art-déco, sis rue Lascaris, au Port. Inspirés autant, sans doute, par l’Italie voisine que par l’adresse de ce bien, les audacieux personnages n’ont eu aucune hésitation : ils l’ont tout simplement appelé « palais Lascaris » !
logo-nicerendezvousToutes les actualités les plus récentes de NRV, NiceRendezVous, le site de rencontre avec les événements, la culture et l'histoire de Nice, de la Côte d'Azur et de la Principauté de Monaco, sont présentées ici par Google actualité

 

 

Utilisez ce formulaire pour contacter la rédaction de Nice RendezVous, pour nous adresser vos communiqués et prière d'insérer. Vous pouvez joindre jusqu'à 5 photographies et documents au format PDF (taille maximum : 1 Mo) en cliquant sur le bouton Ajouter les fichiers.

 

1000 caractères restants
Ajouter les fichiers