inset identite

 

retraite-m-chappuisChapitre 5

Le mystère de la cave

Si vous avez raté le chapitre précédent...

On arrivait à la cave en ouvrant une porte bleue à côté  de la chambre basse. L’escalier de bois, légèrement vermoulu mais encore solide, descendait  dans une grande pièce qui ouvrait sur les remparts. Au retour de l’escalier, une cloison se dressait avec une porte en son milieu, surveillée par deux chauves- souries accrochées au plafond.

M Chappuis aperçu des scellés qui la condamnait.

-       Les seuls scellés de la maison ! dit le notaire en sortant un papier de sa poche. Et voici un codicille au testament que je dois vous lire :

« L’héritage de ma maison, des terres, des biens meubles et immeubles détenus dans le village laissés à ma nièce, Chappuis Anna, Esther, Honorine, née Pons, épouse Chappuis Adolphe, Antoine, Célestin, Pierre, ne sera effectif qu’après que mes héritiers se soient engagés par écrit à ne jamais briser ces scellés. Je charge mon notaire de le vérifier annuellement en présence de témoins. S’il venait à constater que les scellés soient brisés, il transfèrera tous mes biens à la personne désignée dans une enveloppe cachetée déposée en son étude. Ce sont mes dernières volontés. » Signé Alphonsine Guiaud.

cave-capra

M Chappuis faillit défaillir et s’appuya contre la poutre du toit.

— J’ai hérité d’une folle conseillée par un notaire sénile, murmura-t-il pour lui-même en s’efforçant de conserver son calme.

Maître Camous lui indiquât la clef de la porte, suspendue à un clou fixé sur le chambranle de la porte.

— La seule clef de la maison, fit-il remarquer en souriant d’un air aimable.

M Chappuis ne s’avoua pas vaincu, conforté par trente ans de subordonnés prêts à exécuter ses ordres.

— Mais enfin, que cache cette porte, je suis le propriétaire et j’ai le droit de savoir !

— Vous avez hérité de biens nombreux, de belles campagnes, et d’une maison meublée et confortable, prête à vous accueillir. Quel âge avez-vous ?

— Cinquante neuf, presque soixante.

— Et bien vous allez pouvoir jouir de tous ces biens, sauf une partie de la cave, pendant encore de nombreuses années, que voulez-vous de mieux ?

— Mais après !

— Après quoi ?

— Après moi, à ma mort ?

— On aérera la maison ! Vous signez ?

M Chappuis signa à contre cœur, masquant une sourde colère. Maître Camous le raccompagna aimablement jusqu’à l’entrée de la maison, lui laissa une lanterne et lui indiqua le chemin à suivre pour revenir à l’auberge.

— A demain M Chappuis.

Adolphe Chappuis ne put qu’approuver. Il avait hâte de quitter la placette. Il se promit de parler de la cave inaccessible à des gendarmes amis de Nice, cette porte interdite ne recelait rien qui vaille. La nuit noire et les ruelles tortueuses ne lui permirent de retrouver l’auberge qu’un quart d’heure plus tard, dans un village sans âme qui vive pour le guider. L’auberge vide également, il ne put se restaurer et entrât dans une chambre qui sentait la poussière. Son épouse Anna dormait déjà d’un sommeil profond et calme. Il se coucha le ventre vide, dans des draps raides qui grattaient ses mollets de coq. Il rechercha le repos et, contre toute attente, le sommeil le prit paisiblement. Il ne fit pas rêves. Il n’en avait jamais ressenti le besoin.

A suivre...

 

logo-nicerendezvousToutes les actualités les plus récentes de NRV, NiceRendezVous, le site de rencontre avec les événements, la culture et l'histoire de Nice, de la Côte d'Azur et de la Principauté de Monaco, sont présentées ici par Google actualité

 

Utilisez ce formulaire pour contacter la rédaction de Nice RendezVous, pour nous adresser vos communiqués et prière d'insérer. Vous pouvez joindre jusqu'à 5 photographies et documents au format PDF (taille maximum : 1 Mo) en cliquant sur le bouton Ajouter les fichiers.

 

1000 caractères restants
Ajouter les fichiers