inset carnaval

 

06000
au nord de l’église du Vœu, Saint-Jean-Baptiste
côté rue Gioffredo

1911-2001

 

Ambroise-Marie-Joseph, né et mort à Nice (26.10.1911/27.10.2001) entra dans la province de Toulouse (des Dominicains) en 1930 et fut ordonné prêtre en 1938. Il étudia le cunéiforme à Paris en 1939, puis l’architecture à Montpellier. En 1943 il entra dans la résistance et prit en charge le passage en Espagne de ceux qui fuyaient la Gestapo. Lors de l’une de ces traversées, il se cassa la hanche et, faute de soins, resta handicapé toute sa vie. Repéré, il dut fuir à son tour et passa au Maroc pour rejoindre la France libre; c’est comme officier de marine qu’il participa au débarquement allié dans le Sud en 1944. À la fin de cette même année, il fut détaché en Palestine à l’École biblique. Il participa à de nombreuses fouilles et fut chargé des relevés, compte tenu de ses qualités d’architecte et de dessinateur, à la demande de Roland de Vaux O.P. (1903-1971).
Rentré en France pour soigner sa hanche, c’est à ce moment qu’il exécuta les rapports des fouilles de Qaryet-el-Enab, Abu Gosh, Palestine et termina les deux derniers volumes du Père Louis-Hugues Vincent (1872-1960), archéologue français, Dominicain comme lui: « Atlas de Jérusalem de l’Ancien Testament », paru en 1954-1956.
Abandonnant pour un temps sa vie studieuse entre 1951 et 1953, il s’adonna à son ministère à Nice.
En 1953, le Père Voillaume O.P., fondateur des Petits Frères et Petites Sœurs de Charles de Foucauld, l’engagea dans une nouvelle communauté à Agadès comme aumônier. Puis, lors des fouilles en Iran de la « ziggourat » de Tchogha Zanbil (tour religieuse à étage mésopotamienne), R. Ghirsman, autre archéologue français, avait besoin d’un épigraphiste à plein-temps. C’est le Père Stève qui travailla sur l’écriture cunéiforme à partir de 1954.
Il fut admis au C.N.R.S. en 1958.
À la mort de R. Ghirsman en 1967, il était reconnu comme le meilleur expert de l’ancienne Elam (sud-ouest de l’Iran) et devint directeur scientifique de la Délégation française en Iran. Mais peu soucieux de garder le pouvoir, il put se consacrer davantage à ses travaux.
Sa retraite en 1976 n’altéra pas son activité, il resta membre du groupe d’études sur l’Elam et de son cabinet au couvent de Nice de la rue Saint-François-de-Paule, livres et articles continuèrent à sortir. Il resta le principal collaborateur du Corpus des textes cunéiformes et il avait comme correspondant Matthew Stolper, professeur à l’Oriental Institute de l’Université de Chicago qui fit l’éloge de sa publication et de sa personne « as models of clarity, accuracy, brevity and civility ».
Pour son soixante-quinzième anniversaire, ses collègues l’honorèrent d’une « Festchrift »: Fragmenta Historiae Elamicae. Mélanges offerts à M.J. Stève (Paris. Éditions Recherche sur les civilisations, 1986).
Il mourut le lendemain de ses 90 ans.
Nice peut être fière de son fils, sa modestie, du haut du ciel, dût-elle en souffrir.


separator
Mini plan: | Angle : | Afficher noms de rues:

JavaScript doit être activé pour utliser les cartes Google.
Il semble que JavaScript soit désactivé ou non supporté sur votre navigateur.
Pour voir les cartes Google Maps, activez JavaScript en changeant les options de votre navigateur, puis rechargez la page.

Imprimer

 

Utilisez ce formulaire pour contacter la rédaction de Nice RendezVous, pour nous adresser vos communiqués et prière d'insérer. Vous pouvez joindre jusqu'à 5 photographies et documents au format PDF (taille maximum : 1 Mo) en cliquant sur le bouton Ajouter les fichiers.

 

1000 caractères restants
Ajouter les fichiers