inset carriera

 

Cliquez sur l'initiale de l'identifiant de la rue recherchée
(par exemple M pour Avenue Jean Médecin) :

A | B | C | D | E | F | G | H | I-J-K | L | M | N | O | P | Q-R | S | T | U-V | W-X-Y-Z

06000
du boulevard de Cimiez 32 (rond-point S.M. Biasini)
à l’avenue Villebois-Mareuil

 

Gustave Nadaud était un musicien et chansonnier français né à Roubaix, mort à Paris (1820-1893).
Quelques-unes de ses chansons badines et gouailleuses sont restées populaires comme les « Deux gendarmes » (où se trouve le fameux: « Brigadier, répondit Pandore, brigadier vous avez raison! »). Il en écrivit près de trois cents.
À Nice, il habita tour à tour Sainte-Hélène au chalet Pandore puis rue de France et Cimiez, se répandit beaucoup dans les salons et laissa partout le souvenir de la meilleure humeur.
Léon Sarty reproduit dans son « Nice d’antan » un long poème que Gustave Nadaud dit lui-même lors de l’inauguration de la villa Gambart (château Barla dénommé aussi palais de Marbre, villa les Palmiers, aujourd’hui Les Grands Cèdres, siège actuel des Archives municipales), en décembre 1874, M. Gambart, riche mécène, étant le vice-consul d’Espagne de l’époque. Il se terminait ainsi:
« O Nice, belle Nice, ô Naples de la France,
Climat où le mourant va trouver l’espérance,
Je voudrais dignement te chanter et t’offrir
Un de ces vers heureux que personne n’oublie,
Pour te dire au rebours de ta sœur d’Italie,
Te voir, te voir encore et puis… ne pas mourir! »


separator
Mini plan: | Angle : | Afficher noms de rues:
Imprimer

 

Utilisez ce formulaire pour contacter la rédaction de Nice RendezVous, pour nous adresser vos communiqués et prière d'insérer. Vous pouvez joindre jusqu'à 5 photographies et documents au format PDF (taille maximum : 1 Mo) en cliquant sur le bouton Ajouter les fichiers.

 

1000 caractères restants
Ajouter les fichiers