inset carriera

 

Cliquez sur l'initiale de l'identifiant de la rue recherchée
(par exemple M pour Avenue Jean Médecin) :

A | B | C | D | E | F | G | H | I-J-K | L | M | N | O | P | Q-R | S | T | U-V | W-X-Y-Z

06000
de la corniche Sainte-Rosalie à l’avenue Salonina
ancienne avenue des Moines

 

Jean-Baptiste Eugène Estienne naquit à Condé-en-Barrois (Meuse) en 1860 et mourut à Paris en 1936. Ancien de l’École polytechnique, il avait été en garnison à Nice avant 1914 comme capitaine d’artillerie de montagne, puis comme colonel commandant le parc d’artillerie.
Pendant la guerre de 1914-1918, il acquit la célébrité par la création de l’aviation d’observation d’artillerie. Mais il est surtout considéré comme le « Père des chars d’assaut » dont l’intervention au combat fut un énorme appoint pour les forces alliées.
Après la guerre, il commanda, en qualité de général de division, le secteur fortifié des Alpes-Maritimes puis, retiré à Nice, il se spécialisa dans les traversées du Sahara en autochenille, ce qui ne l’empêcha pas de s’occuper du quartier de Cimiez où il repose dans le petit cimetière proche du Monastère. Dans le parc de la villa des Arènes, au milieu de l’escalier à double révolution qui donne accès à la place du monastère, se trouve un buste du général, de facture robuste, exécuté par le sculpteur Joseph Gazan. Il a été placé là en 1940 et, en souvenir de la première attaque des chars d’assaut français le 16 avril 1917 à Berry-au-Bac (Aisne), chaque année à la date anniversaire les Anciens des chars viennent s’y recueillir.


separator
Mini plan : | Angle : | Afficher les noms des rues :
Imprimer

 

Utilisez ce formulaire pour contacter la rédaction de Nice RendezVous, pour nous adresser vos communiqués et prière d'insérer. Vous pouvez joindre jusqu'à 5 photographies et documents au format PDF (taille maximum : 1 Mo) en cliquant sur le bouton Ajouter les fichiers.

 

1000 caractères restants
Ajouter les fichiers