inset villages

 

Auvare L’occupation du site à l’époque romaine est attestée, entre autre, par la découverte de tuiles romaines. Pour une raison inconnue, les population de Villehaute et du Villars se réfugient sur le site inaccessible du village médiéval d’Auvare, fondé dans le premier tiers du XIIIème siècle, qui commande la route de Beuil par sa position stratégique. Le fief appartient alors à Guillaume de Saint-Auban, qui prend une part active dans la guerre féodale opposant les comtes de Provence aux familles de Castellane et de Glandèves. A l’issue de cette guerre, en 1278, Auvare est cédé au comte de Provence, Charles 1er d’Anjou, en échange du Muy. Auvare reste inféodé. En 1296, il relève de la Viguerie de Guillaumes. Le noble Guilhem de Puget, vassal de Figuanière, instaure son autorité sur le fief en 1414. En 1548, Joseph de Cambis, nommé par François 1er capitaine du château de l’Ile Sainte Marguerite, acquiert le fief auprès de Melchiona de Castellane, dame de Figuanières. En 1578, sa fille, Françoise de Cambis, vend son titre à la dame de Beuil, Julia Piescamiglia Senovèse, épouse d’Honoré Grimaldi. En 1705, Louis Corporandy, issu d’une riche famille de la Croix, achète les terres d’Auvare à Maurice Grimaldi. En 1774, la seigneurie est érigée en baronnie du comté de Nice en faveur des Corporandy par le roi de Piémont-Sardaigne pour service rendu de Pierre Corporandy. La route actuelle taillée dans le rocher, date de 1887. La route menant de Puget-Théniers à Auvare fut achevée en 1923. Après la grande guerre, le village s’est dépeuplé. Si pendant l’été quelques Auvarois de souche reviennent y passer leurs vacances de nouveaux habitants, installés à l’année, oeuvrent pour réveiller les vieux murs de la citadelle.


Imprimer

Code postal
Insee
Canton
Latitude
Longitude
Altitude Superficie Nice à
06260
06008
Puget-Théniers
43.98 °
6.92 °
1 100 m
1827 ha
75 km

Démographie (1701-1999)
Un nid d’aigle
1701 - populationbauvare
N.B.:
Commune rattachée au Comté de Nice en 1760
Auvare, charmante commune dominant la vallée du Var, à l’écart de la circulation, est un village qui se mérite. Accessible par une route pittoresque et acrobatique, il se singularise par sa situation : « Auvare est adossé à une barre rocheuse de calcaire jurassique datant de 140 millions d’années. Cette disposition lui confère son nom de « nid d’aigle ». Il se situe sur les contreforts de l’imposant massif de Barrot aux célèbres roches rouges permiennes vieilles de 280 millions d’années et dont le sommet ,« le Dôme du Barrot », se dresse sur la commune d’Auvare en position médiane entre les gorges de Daluis et celles du Cians. Le soulèvement de ce massif, lors de la formation des Alpes, a provoqué une déformation intense de son pourtour et a ainsi modelé le paysage d’Auvare» (Laurent Caméra).
1754 -
1800 101
1828 126
1861 118
1901 102
1936 62
1962 10
1999 44
Le blason
Renseignements
A visiter...

Blason de Auvare

De gueules au chef d’or

Intercommunalité :
Communauté de Communes Vallées d'Azur

Mairie :
Quartier des Vignes
06260 Auvare
Tél. / Fax : 04 93 05 14 29
Permanence le vendredi de 14h à 17h30
email :
E.mail : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

La "citadelle" : ce petit village défensif épaulé à un rocher, dans un site abrupt, a été surnommé par les plus anciens « la citadelle ». Sur un rocher dominant, il reste de rares vestiges d'un château du XIIIème siècle. Le Castel, fondé par Guillaume de Saint-Auban, était encore debout en 1578, mais a probablement été détruit à l’occasion du démantèlement ordonné par le duc de Savoie en 1621 à la suite de l’exécution d’Annibal de Grimaldi. Une ancienne porte de ville au nord s’ouvre toujours sur un superbe panorama de montagnes qui participe sans doute à la distinction d’Auvare de « plus beau village de France ».
Paroissiale Saint-Pierre : Eglise classique rustique à clocheton à 2 baies, l’église Saint-Pierre date de la fin du XIXème siècle. Le premier édifice s’élevait à l’emplacement du cimetière actuel. En 1806, au cours de sa visite pastorale, l’évêque de Nice constate le mauvais état du bâtiment qui avait servi d’asile aux troupes belligérantes. Menaçant de tomber en ruine, elle est détruite en 1888. La chapelle de la Sainte Vierge, située au coeur du village, est alors restructurée et agrandie pour accueillir la population qui compte à l’époque 140 âmes. Cette dernière devient alors l’église paroissiale en reprenant le vocable de l’église primitive.
Maires d'Auvare

François DALMAS (1892 - 1900)
Antoine BAUD (1900 - 1912)
Séraphin BARET (1912 - 1919)
Paul LAUGIER (1919 - 1925)
Jules BAUD (1925 - 1943)

Félix MARTIN (1943 - 1947)
Charles Marius LIONS (1947 - 1953)
Marcel JOURDAN (1953 - 1977)
Clément JOURDAN (1977 - ?)
Antonin RAVEL (? -1892)



Monument aux Morts
Bibliographie
COLLECTIF : HISTOIRE DU PAYS DE LA ROUDOULE, Eco-musée de la Roudoule, Puget-Théniers, 1995

Sources : Communauté de Communes des Vallées d'Azur
filet

 

Utilisez ce formulaire pour contacter la rédaction de Nice RendezVous, pour nous adresser vos communiqués et prière d'insérer. Vous pouvez joindre jusqu'à 5 photographies et documents au format PDF (taille maximum : 1 Mo) en cliquant sur le bouton Ajouter les fichiers.

 

1000 caractères restants
Ajouter les fichiers