actualites

 

« Josep Lluís Sert : l’engagement à l’œuvre » Table ronde le jeudi 10 avril 2014 de 17h30 à 20h00 à l’auditorium de l’hôtel la Vague de Saint-Paul, Chemin des Salettes.

A l’occasion du cinquantenaire de la création de la Fondation Maeght et de son exposition L’art et l’architecture de Josep Lluís Sert, « Grâce à Sert, l’art est déjà entré dans une phase réelle»*, la Fondation Maeght et la Société des Amis proposent une table ronde.

 

josep-lluis-sert-maeghtJosep Lluís Sert a joué un rôle de premier plan dans l’histoire du mouvement moderne en architecture. Après ses études, en 1929, il passe une année dans l’atelier de Le Corbusier à Paris. De retour à Barcelone, dans le contexte stimulant de la IIème République espagnole, il réalise quelques œuvres modernes remarquables et participe aux activités de la branche catalane (GATCPAC) des Congrès internationaux d’architecture moderne (CIAM).

Après la guerre civile, il se rend aux Etats-Unis où il sera d’abord actif à New-York et où il succède ensuite à Walter Gropius comme doyen de l’université d’Harvard (1953 à 1969). Il construit quelques édifices importants dans le cadre de l’université et de grands projets d’urbanisme en Amérique du Sud (Brésil Pérou, Colombie, Cuba). En 1942, il publie Can Our Cities Survive, qui devient l’ouvrage de référence sur l’urbanisme moderne dans les pays anglo-saxons (un équivalent de La Charte d’Athènes, publiée en 1941, par Le Corbusier). Il devient président des CIAM après la deuxième guerre mondiale et réalise dans cette période un de ses plus remarquables bâtiments : La Fondation Maeght à Saint-Paul-de-Vence.

La table ronde qui lui est consacrée se propose d’aborder 4 thèmes :

? Le premier concerne l’engagement méditerranéen de Sert, son choix du sud. Une sensibilité qui se traduit diversement, dans ses écrits et publications, ses projets qui exploitent les archétypes méditerranéens et sa vision d’une architecture de climat, son combat dans le cadre des CIAM pour défendre une modernité solaire distincte de celle dite « analytique » d’Europe du Nord.

? Le deuxième concerne l’engagement de Sert dans la défense de l’art moderne et sa fréquentation assidue du monde de l’art. Engagé dans la création de l’ADLAN (Amics de l’Art Nou) dès 1933 il s’illustre dans la défense du surréalisme. C’est dans le pavillon de la République espagnole, dont la conception lui est confiée, pour l’exposition internationale de Paris en 1937, que Picasso expose son fameux tableau Guernica. Enfin la Fondation Maeght, réalisée dans les années 1960 où le thème de la collaboration architecte/artiste donne lieu à de multiples expériences, apparaît comme une des rares et meilleures réussites de la période. Elle vient d’être choisie par Jean-Louis Cohen comme l’architecture la plus remarquable de l’année 1964 pour le pavillon de la Biennale de Venise 2014. En émerge le travail conjoint de Sert, Miró et Artigas.

Josep Lluís Sert. Photo Clovis Prevost

*Aimé Maeght

? Le troisième, pour approfondir cet aspect, traite précisément d’une comparaison entre les Fondations Maeght de Saint-Paul de Vence et Miró de Barcelone. Dix années séparent ces réalisations (1958/1968), et les ressemblances et dissemblances qui apparaissent dans leur conception architecturale témoignent autant de l’évolution de la pensée de Sert que de la prise en compte de contextes socio-culturels différents, ainsi que de la spécificité des sites.

? Le quatrième aborde la manière dont l’œuvre de Sert a été passée au filtre de générations successives. Si son influence sur le mouvement moderne catalan est indéniable dans la période dite « héroïque » de l’entre deux-guerres, sa fortune critique après la deuxième guerre semble moins établie. Son éloignement de la sphère culturelle et artistique catalane le dessert, mais aussi l’émergence d’une nouvelle sensibilité portée à Barcelone par le Gruppo R, et notamment la figure d’Antonio Coderch. Quel est le regard que portent sur son œuvre les architectes de la génération active au tournant des XXème et XXIème siècles : Rafaël Monéo, Elias Torres...?


Programme

5 architectes et critiques animeront cette table ronde


Jean-Lucien Bonillo

« Modernité et méditerranéité chez Josep Lluís Sert »

Josep Rovira

« Art et architecture chez Josep Lluís Sert : le caché et le montré »

Jaume Freixa

« Les Fondations Maeght et Miró : ressemblances et dissemblances »

Elias Torres

« Considérations sur les enseignements et l’héritage de Josep Lluís Sert »

Marc Barani

« Réactions (sur) et discussion (des) propos des intervenants »

----------------------------------

La table ronde aura lieu à l’auditorium de l’hôtel la Vague de Saint-Paul situé à 5 mn de la Fondation Maeght

LA VAGUE DE SAINT-PAUL

Chemin des Salettes 06570 SAINT PAUL DE VENCE Parking assuré

Depuis l’autoroute A8, prendre la sortie n° 47 Villeneuve Loubet, Cagnes-sur-Mer, Vence en venant de Marseille ou sortie n° 48 Cagnes-sur-Mer, Vence en venant de Nice ou de l'Italie. Puis suivre la direction La Colle sur Loup / Vence : RD 436. Coordonnées GPS : Latitude : 43.709409 / Longitude : 7.105409

Entrée libre – place limitée à 100 personnes Uniquement sur réservation Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. ou 04 93 32 45 91.

 

Copyright ©2014 NRV Nice RendezVous. Tous droits réservés.
logo-nicerendezvousToutes les actualités les plus récentes de NRV, NiceRendezVous, le site de rencontre avec les événements, la culture et l'histoire de Nice, de la Côte d'Azur et de la Principauté de Monaco, sont présentées ici par Google actualité

 

 

Utilisez ce formulaire pour contacter la rédaction de Nice RendezVous, pour nous adresser vos communiqués et prière d'insérer. Vous pouvez joindre jusqu'à 5 photographies et documents au format PDF (taille maximum : 1 Mo) en cliquant sur le bouton Ajouter les fichiers.

 

1000 caractères restants
Ajouter les fichiers