actualites

 

Virginie-Journiac-dans-le-Musee-de-CagnesUn « vrai » conte de Noël !

Lorsque Virginie Journiac, conservatrice des Musées de Cagnes-sur-Mer, commence la recherche de tableaux originaux pour son exposition de l’été 2011 sur « Les peintres de Cagnes », elle n’imagine pas son aventure niçoise avec Auguste Renoir.

L’appartement loué par Renoir à Nice.

On a oublié qu’entre 1911 et 1919, Auguste Renoir habite Cagnes, mais éprouve la nécessité  de louer un pied à terre à Nice pour l’hiver. C’est à Nice qu’il vient passer l’hiver, se faire soigner, vendre des toiles aux riches hivernants, ou emmener son fils  au Lycée Masséna. L’appartement propriété de la famille Roumieux est situé dans la ville neuve, au 1 rue Alfred Mortier (alors rue Palermo).

Un ami niçois retrouve pour Virginie l’appartement situé au deuxième étage et ils vont ensemble le photographier. Plus de doute possible : du balcon de la fenêtre du salon, la vue du Vieux Nice et de son horloge, c’est exactement la peinture de Renoir.


La tombe de Renoir et de son épouse Aline au cimetière du château.

En 1911, Aline et Auguste Renoir se lient d’amitiés avec  les époux Roumieux, propriétaires de l’appartement.

La  guerre n'épargne pas la famille Renoir. Pierre et Jean sont mobilisés en 1914. Pierre est blessé dès les premiers jours du conflit. Puis c'est au tour de Jean. Aline se rend alors à son chevet. C'est au retour d'un voyage exténuant effectué à Gérardmer qu'Aline, la mère attentionnée, la femme de Renoir, désormais fatiguée, souffrant de diabète, s'éteint à Nice, le 27 juin 1915, dans l’appartement niçois. On l'inhume dans le cimetière du château à Nice, dans le caveau prêté par la famille Roumieux.

Le vieux peintre s’éteint à son tour à Cagnes, le 3 décembre 1919. Il rejoint son épouse dans le même caveau au cimetière du château de Nice.

Deux ans et demi plus tard, le 7 juin 1922, les dépouilles mortelles du couple Renoir sont transférées dans le cimetière d’Essoyes, village natal d’Aline.

Le tableau de Nice peint par Renoir donné à la famille Roumieux.

Les fils de Renoir, donnent en remerciement de leurs services la toile du Vieux Nice peinte depuis l’appartement.

Puis, ce sera une des filles de la famille Roumieux qui héritera du tableau. Sans descendance, elle lègue le tableau à la Fondation Pauliani, importante maison de retraite de Nice.

le-tableau-de-Renoir-Nicela-vielle-ville-depuis-la-maison-Renoir


Le tableau tombe dans l’oubli et reste accroché dans des bureaux de la Fondation durant de nombreuses années, sans protection particulière. Et puis un jour, la Fondation a besoin d’argent pour aménager un jardin dans son parc. Le président de la Fondation se souvient qu’il existe peut-être un petit trésor dans son patrimoine. Il est envoyé pour expertise à Paris. Authentifié et évalué à plus de 100 000 €, il est mis en vente pour le compte de la Fondation.

La mise à prix à 50 000 € s’emballe très vite avec un inconnu au téléphone que l’on dit d’outre-Atlantique. Le tableau va-t-il quitter la région où il a été peint ?

Non, car à  17 h12, le commissaire-priseur de l’Hôtel des ventes Nice-Riviera  adjuge enfin à 185 000 € le tableau de Renoir à Virginie pour le compte de la ville de Cagnes.

Tout est bien qui finit bien.

La bonne action des époux Roumieux envers leurs amis Renoir aura permis d’offrir un beau jardin à Nice pour les malades atteints de la maladie d’Alzheimer, le tableau restera dans la région, et une exposition de l’été 2011 au château Musée de Cagnes permettra de venir l’admirer.


 

 

Utilisez ce formulaire pour contacter la rédaction de Nice RendezVous, pour nous adresser vos communiqués et prière d'insérer. Vous pouvez joindre jusqu'à 5 photographies et documents au format PDF (taille maximum : 1 Mo) en cliquant sur le bouton Ajouter les fichiers.

 

1000 caractères restants
Ajouter les fichiers